La première chose à faire dès le matin !

La première chose à faire dès le matin !

juin 14, 2018 0 Par Hokuto Shinken

La première chose à faire dès le matin

Dans la plupart des cas, nous sommes tous attachés à nos appareils.

Nous les vérifions à notre réveil.
Nous les utilisons tout au long de la journée.
On les vérifie avant d’aller dormir.
Fondamentalement, nos smartphones sont autant une laisse qu’une commodité. Nous ne nous soucions pas vraiment de ce que nos téléphones et Internet font à notre cerveau. Comme conseillé sur 81femmes.

J’ai toujours aimé le matin parce que c’est le moment idéal pour la solitude, la réflexion et mon meilleur travail créatif. Le volume des flux entrants est vraiment faible et je peux donc me concentrer sur mes propres pensées sans qu’elles ne soient noyées par le son des notifications, des messages texte, etc. La seule chose pour laquelle j’utilise mon téléphone est une méditation de 10 minutes en utilisant l’application Calm. Je lis des livres physiques et j’écris toutes mes 45 premières minutes d’écriture à la main.

L’un des moyens les plus faciles d’empêcher une consommation excessive de limiter votre créativité est d’éteindre les choses ou de ne pas les allumer dès le matin.

Ce que le fait d’allumer les appareils tôt dans la journée fait à votre mise au point
J’ai remarqué une tendance assez constante dans ma pratique quotidienne d’écrire 1000 mots par jour.

Si j’ouvre TweetDeck, un navigateur Web, vérifie les courriels ou si je me retrouve sur Facebook ou tout autre site Web distrayant pour commencer la journée, mon attention est dispersée pendant plusieurs heures et parfois toute la journée. Lorsque j’utilise un outil comme Heyfocus ou Rescuetime pour bloquer les distractions jusqu’à au moins 10 heures du matin, je peux maintenir la mise au point beaucoup plus longtemps. Comme me l’a dit Steven Kotler dans une conversation récente sur The Unmistakable Creative “flow follows focus”.

Quand on allume nos appareils le matin, on est bombardés d’intrants. C’est comme boire à partir d’un tuyau de feu d’information qui déplace notre attention d’un stimulus à l’autre, chacun fournissant un coup de dopamine, ce qui nous donne envie de plus. C’est l’équivalent numérique de renifler quelques lignes de cocaïne au réveil. Mais contrairement à la cocaïne, ce comportement n’est pas stigmatisé et nous ne pensons pas que ce soit si important.

Cependant, il disperse complètement votre concentration et nuit à votre capacité de maintenir votre attention sur n’importe quoi plus tard dans la journée, tout en vous empêchant de faire l’expérience de l’écoulement.

Disons que vous vérifiez vos courriels tout en essayant de faire un travail en profondeur ou en prenant une pause du travail en profondeur. Et dans votre courriel, vous découvrez qu’il y a quelque chose à propos duquel vous ne pouvez rien faire en ce moment, mais qu’il faut finir par s’en occuper. Cette petite distraction apparemment inoffensive a maintenant détourné votre attention.

Les études sur les employés de bureau qui utilisent des ordinateurs révèlent qu’ils arrêtent constamment ce qu’ils font et qu’ils répondent aux courriels entrants. Il n’est pas inhabituel pour eux de jeter un coup d’œil à leur boîte de réception trente ou quarante fois en une heure (bien que lorsqu’on leur demande à quelle fréquence ils regardent, ils donnent souvent un chiffre beaucoup plus bas). Puisque chaque regard représente une petite interruption de la pensée, un redéploiement momentané des ressources mentales, le coût cognitif peut être élevé. Il y a longtemps, la recherche psychologique a prouvé ce que la plupart d’entre nous savons par expérience : des interruptions fréquentes dispersent nos pensées, affaiblissent notre mémoire et nous rendent tendu et anxieux – Nicholas Carr, The Shallows.
Personne n’a jamais changé le monde en consultant les courriels, alors pourquoi commencer la journée en le faisant ?

L’analogique dans un monde numérique
Il y a quelque temps, j’ai écrit sur les avantages de l’analogique dans un monde de plus en plus numérique. C’est une tendance que j’ai remarqué chez de nombreux créateurs prolifiques. Ils ont toujours des carnets de notes, ils lisent des livres physiques et ils ont tendance à écrire à la main. La beauté du stylo et du papier, c’est qu’il n’a aucune des limitations qu’un appareil n’a. Sa seule limite est votre imagination. De plus, la pratique du débranchement peut être incroyablement méditative.